Mobilité

Zoom sur la batterie électrique

Les réponses à toutes les questions que vous vous posez

TEXTE : LA RÉDACTION // PHOTOS : MERCEDES-BENZ AG, GETTY IMAGES

L’avenir appartient à l’électromobilité et les batteries de voiture y jouent un rôle central. Comment sont-elles fabriquées ? Dans quelles mesures sont-elles durables ? Et comment garantissent-elles une utilisation des véhicules électriques au quotidien ? Cinq questions importantes... et leurs réponses.

Qu’y a-t-il à l’intérieur ?

Plusieurs cellules. Et dans chaque cellule une électrode positive, qui le plus souvent contient du nickel, du manganèse et un peu de cobalt, ainsi qu’une électrode négative en graphite. Les électrons passent de l’une à l’autre. C’est très simplifié, mais c’est ainsi que fonctionne une batterie lithium-ion.

Pour Mercedes-Benz, le concept de flotte électrique durable commence dès le début de la chaîne de production avec un engagement en faveur d’une extraction et d’un traitement responsables et transparents des matières premières.

Daimler fait, par exemple, contrôler les chaînes d’approvisionnement en cobalt de tous les fournisseurs de cellules de batterie dès la mine, conformément aux principes de l’OCDE. Et à l’avenir, Mercedes-Benz n’utilisera plus que des cellules de batterie qui ne contiennent que du cobalt et du lithium d’origine certifiée.

Au-delà de la chaîne d’approvisionnement, Mercedes-Benz s’engage aussi à améliorer à long terme les conditions de vie de la population locale dans les zones d’extraction et à contribuer à un développement positif de ces régions (en soutenant, par exemple, des organisations caritatives sur place).

Où sont fabriquées les batteries ?

Afin d’avoir accès aux technologies les plus récentes, Mercedes-Benz achète les cellules de ses batteries, par exemple celles destinées aux modèles EQ, sur le marché mondial.

À l’avenir, des cellules de batteries seront également produites en Allemagne, au sein des nouvelles usines de deux partenaires recourant à des énergies 100 % renouvelables – éolienne, solaire ou hydraulique.

Ensuite, les cellules sont transformées en systèmes de batterie dans une des usines du réseau mondial de production de Mercedes-Benz, par exemple la filiale Accumotive à Kamenz, une petite ville de Saxe en Allemagne.

Que faire en cas de batterie défectueuse ?

Pour les modèles EQ, Mercedes-Benz certifie les batteries haute tension pendant au moins huit ans ou 160 000 km afin d’assurer un fonctionnement infaillible. Cette garantie couvre également la baisse de capacité de la batterie.

Si la batterie tombe malgré tout en panne, il existe une possibilité de recyclage respectueux des ressources : le retraitement. Les cellules défectueuses sont retirées de la batterie et remplacées par des nouvelles. Environ 95 % des anciennes batteries peuvent ainsi continuer à être utilisées, optimisant ainsi leur bilan écologique.

Mercedes-Benz propose même des batteries recyclées en échange standard. La capacité de charge des batteries est évaluée lors de tests : si une valeur est inférieure au seuil défini, la batterie ne peut pas retourner sous un capot.

 

Où vont les batteries dont la capacité de stockage est insuffisante ?

Les batteries lithium-ion qui ne peuvent pas entrer dans le processus de retraitement en raison de capacités trop faibles peuvent être utilisées pour du stockage stationnaire.

C’est la seconde vie des batteries, qui permet non seulement d’augmenter leur rentabilité économique mais aussi d’améliorer considérablement leur empreinte écologique. Ces accumulateurs permettent aussi de contrebalancer les variations du réseau électrique alimenté par des énergies renouvelables fluctuantes.

À l’avenir, ces « stocks » de batteries de seconde vie, comme celui créé par la filiale Mercedes-Benz Energy à Lünen en Allemagne, pourraient contribuer à alimenter le réseau nécessaire aux stations de recharge publiques des voitures électriques. On estime que les anciennes batteries ainsi réutilisées pourraient encore servir dix ans avant d’être recyclées.

Comment sont recyclées les batteries ?

Recycler les batteries des voitures électriques ne présente aucun problème sur le plan technique. Il existe différents procédés de recyclage :

  • La fusion, qui permet de réutiliser jusqu’à 70 % des composants. Pour certains matériaux, comme le cobalt, le taux de récupération peut même dépasser les 90 %.
  • Le broyage, qui permet de réinsérer jusqu’à 96 % des composants dans un nouveau cycle.
  • La pulvérisation sous azote. Le cobalt et le lithium peuvent ainsi être extraits de la batterie, puis nettoyés et récupérés sous forme de sels.

Mais pour que les installations de recyclage soient rentables, il faut que leur approvisionnement en batteries usagées soit suffisamment important, ce qui pourrait être le cas d’ici à vingt ans.