Actus

50 ans de Driving Performance

Texte : Joseph Fischer

Les véhicules sportifs Mercedes-AMG célèbrent leur 50e année. A l'occasion de cet évènement, découvrez les nouveaux modèles de la gamme.

Il y a quelques décennies, sur les cabines téléphoniques jaunes allemandes, on pouvait lire « Fasse dich kurz » (« soyez bref »). Hans Werner Aufrecht fut lui aussi bref, en 1967, lorsqu’il fonda une entreprise avec Erhard Melcher, son collègue de Daimler-Benz. Il l’appela AMG. Trois lettres, un nom, une nouvelle marque mondiale. À l’origine, l’objectif d’AMG était d’adapter des véhicules Mercedes au sport automobile et d’améliorer les performances des voitures de série. Cette désormais mythique filiale de Mercedes-Benz développe des véhicules de sport équipés de moteurs fabriqués à la main. La collaboration entre les deux entreprises a commencé en 1990, et, depuis 2005, la marque appartient à Daimler AG. L’une de leurs dernières étoiles ? Le Mercedes-AMG GT.

 

50 ans et un modèle anniversaire

Ce modèle Gran Turismo à deux places, extrêmement sportif, combine une performance maximale et un design raffiné rappelant la 300 SL, légendaire voiture de sport des années 1950. Depuis deux ans, deux motorisations sont disponibles pour le Coupé. Ce printemps, à l’occasion des 50 ans d’AMG, la famille GT s’agrandit. Elle accueille une version Roadster en deux niveaux de puissance et un Coupé haut de gamme AMG GT R. Tous ces modèles sont équipés d’un moteur V8 développé par AMG. Ce moteur associe injection directe d’essence et alimentation biturbo. En fonction du modèle, le moteur 4 litres développe entre 340 kW (462 ch) et 430 kW (585 ch). Le Mercedes-AMG GT R accélère de 0 à100 km/heure en 3,6 secondes et, poussé au maximum, peut atteindre jusqu’à 318 km/heure.

 

Record sur le Nürburgring

Le test mené l’automne dernier par un magazine spécialiste des voitures de sport sur le Nüburgring a impressionné au-delà des chiffres. Ce circuit, considéré comme le plus difficile au monde, est surnommé « l’enfer vert ». Or le Mercedes-AMG GT R, avec un couple de 430 kW (585 ch), a effectué la mythique « boucle nord » en un temps record de 7 minutes et 10,9 secondes. Il devient ainsi le véhicule homologué sur route le plus rapide jamais testé jusqu’alors. Il s’agissait en fait d’une course à domicile, puisque ce modèle d’exception a passé le plus clair de sa phase de développement sur le Nürburgring !

Tous les modèles Mercedes-AMG GT possèdent désormais le nouveau visage de la famille : la grille de calandre Panamericana. Les amoureux de la Marque reconnaîtront de suite les baguettes chromées verticales dont l’esthétique rappelle la voiture de sport 300 SL de la série 194. C’est d’ailleurs avec cette dernière que Mercedes-Benz triompha dans le domaine de la course automobile. Les succès spectaculaires de la 300 SL, dès sa première saison en 1952, comprennent une double victoire non seulement au 24 Heures du Mans, mais aussi sur la Carrerra Panamericana, au Mexique, qui consiste en 3 371 kilomètres de routes de terre cahoteuses.

L'homme derrière la marque

Le fondateur d’AMG, Hans Werner Aufrecht, était alors adolescent. Les pilotes de Mercedes-Benz étaient ses héros et il rêvait de travailler un jour dans le département des voitures de sport chez Daimler-Benz. Un rêve qu’il réalisera… ou presque. Alors qu’il vient enfin d’être embauché au service développement de Mercedes-Benz, en 1964, il apprend que la Marque abandonne le sport de compétition. Hans Werner Aufrecht ne se décourage pas et décide de poursuivre son rêve dans le garage local de son village Großaspach. Avec deux collègues, Erhard Melcher et Manfred Schiek, ils transforment une 300 SE, la limousine de série allemande la plus rapide de l’époque, en une voiture de tourisme de compétition. Le succès est total : Manfred Schiek remporte dix fois la saison 1965 des voitures de tourisme.

Des victoires à la mission

Et cet exploit fait beaucoup parler. D’autres pilotes de course, ainsi que des particuliers, demandent alors de l’aide à Hans Werner Aufrecht et Erhard Melcher, spécialistes des moteurs, pour exploiter au maximum le potentiel de leurs voitures. « En fait, nous voulions nous concentrer sur le sport automobile », se souvient Hans Werner Aufrecht. « Mais pour pouvoir financer cela, nous avons dû répondre à la demande des clients pour améliorer les performances des véhicules routiers. »

Au fil des ans, cette « obligation » devient une « mission » : faire des véhicules Mercedes des voitures hautes performances.

 

« Chaque moteur AMG est assemblé à la main par un seul professionnel au savoir-faire et à l’expertise hors-pair. »

Mars 1968, le tournant

L’événement qui propulse AMG sur le devant de la scène internationale débute en mars 1968 avec la 300 SEL 6.3, le modèle haut de gamme de la série W 109. Ce dernier était la première génération de la Classe S. Grâce à sa boîte de vitesses automatique et à son moteur V8 emprunté à la Mercedes-Benz 600, cette limousine d’exception a les capacités d’une voiture de sport. Pendant deux ans, les jeunes entrepreneurs, qui n’ont alors pas les moyens de s’offrir un nouveau véhicule sortant de l’usine, travaillent minutieusement sur une voiture accidentée afin de la transformer en un véhicule de course susceptible de remporter des victoires. Un tuning sophistiqué et une augmentation de la cylindrée à 6,8 litres leur permettent d’augmenter les performances du moteur de 170 kW (250 ch) à 294 kW (400 ch). Lors des 24 Heures de Spa en juillet 1971, la lourde limousine dupera les voitures concurrentes, beaucoup plus légères. Du jour au lendemain, le nom AMG devient une référence pour les fans de sport automobile.

 

1000 chevaux au compteur

La Marque est lancée. Jusqu’à la fin des années 2000, Mercedes-AMG suit la tradition amorcée dans les années 1920 chez Mercedes-Benz avec les types S (sport) et les Flèches d’argent d’avant-guerre si particulières. La pression de suralimentation et les performances des modèles sont alors augmentées avec un compresseur mécanique. Depuis, il a été remplacé par un double turbocompresseur, encore plus efficace. Le biturbo du nouveau moteur 4 litres, installé sur la Nouvelle Mercedes-AMG E 63 S, peut ainsi transformer une berline en véritable athlète ! Avec ses 450 kW (612 ch), la Mercedes-AMG E 63 S est, de tous les temps, la Classe E la plus puissante et la plus rapide au démarrage (0 à 100 km/heure en 3,4 secondes). Chez AMG, la passion de l’excellence anime tous les techniciens depuis maintenant cinquante ans. Un seul objectif : imaginer et concevoir un véhicule exceptionnel en termes de performances, de couple, de consommations et de design.

 

La sportivité au sommet

Sur la toute dernière Mercedes-AMG E 63 S, les moindres détails ont été soigneusement étudiés pour faire de cette berline ultra-sportive, la nouvelle icône de la route. En perfectionnant, par exemple, le soubassement, les ingénieurs ont réduit les bruits aérodynamiques. Ils ont réussi à minimiser la résistance à l’écoulement de l’air mais aussi à éliminer tout effet néfaste de portance. En clair, un dosage parfait entre un comportement agile et une stabilité optimale à vitesse élevée. Ces modifications rendent la conduite encore plus sportive tout en faisant baisser sensiblement la consommation.

 

Un homme, un moteur

Tous les collaborateurs d’Affalterbach partagent cette exigence. Selon la formule devenue légendaire, « Un homme, un moteur », Mercedes-AMG perpétue une tradition unique sur le marché du très haut de gamme. Chaque moteur est assemblé et signé par un professionnel au savoir-faire et à l’expertise hors-pair.

Une plaque apposée sur le moteur atteste de cette fabrication à la main. Ce procédé fait de Mercedes-AMG un véritable concepteur aux talents multiples.

La signature esthétique s’inscrit dans la recherche du meilleur aérodynamisme. « La forme suit les performances » comme le rappellent les responsables du centre de design. Il s’agit de créer une ligne athlétique qui corresponde aux besoins spécifiques du modèle.

Les phases de développement pour chaque transformation sont longues et exigeantes.

Les ingénieurs travaillent d’abord sur les essieux, le freinage, l’amortissement, puis ils passent à l’élaboration de la chaîne cinématique, la boîte de vitesses et le moteur pour enfin, intervenir sur la caisse brute en recherchant toujours plus de rigidité et de légèreté.

À l’issu de ce processus, naît un véhicule avec une identité sportive forte et un tempérament flamboyant.

Mercedes-AMG E 63 S 4Matic+

AVEC SA TRANSMISSION INTÉGRALE ET SON MOTEUR V8
La classe E incarne la puissance.
Couleur gris sélénite magno designo
Boîte de vitesses
automatique à 9 rapports 9G-TRONIC
Cylindrée
moteur V8 / 3 982 cm3
Puissance
450 kW (612 ch) à 5 750-6 500 tr/min
Vitesse maximale
250 km/h (bridée électroniquement)
Consommation en cycle mixte
8.8-9.1l/100 km
Emissions de CO2
199-207 g/km