Passion

De nouvelles étoiles inspirées

Textes : Amandine Philippe - Photos : Juliet Trannoy

Après le sacre du designer David Ferreira l’an dernier, Mercedes-Benz réitère son concours de mode « LES ÉTOILES » cette année. Pour cette seconde édition, c’est la sportivité, un thème cher à la Marque, qui a guidé l’inspiration des stylistes. Zoom sur le gagnant et les finalistes.

À la croisée des mondes

L’automobile et la mode, deux mondes opposés ? Au contraire, deux grandes sources de créativité entre lesquelles les échanges sont permanents. Derrière chaque création, qu’elle soit automobile ou couture, se cache un designer, un trait, un dessin, une inspiration, mais surtout une vision.

Aujourd’hui, Mercedes-Benz met ces deux univers à l’honneur avec la deuxième édition de son concours de mode « Les Étoiles ». Plus de soixante créateurs ont relevé le nouveau défi proposé : imaginer une silhouette féminine sportive dans son esprit et couture dans ses lignes.

Parmi l’ensemble des candidatures reçues, le jury, présidé par le couturier Alexis Mabille accompagné de Marie-Agnès Gillot, danseuse et chorégraphe, Ludivine Sagnier, actrice et ambassadrice Mercedes-Benz, Camille Seydoux, styliste, Dita Von Teese, artiste burlesque et Béatrice Tanguy, directrice des projets mode et évènements Mercedes-Benz France, a arrêté son choix sur neuf créateurs. Nous vous présentons ces jeunes talents très prometteurs et la silhouette qu’ils ont confectionnée ainsi que l’heureux gagnant.

 

Découvrez le gagnant 'Schepers Bosman'

Schepers Bosman est née d’une association entre Sanne Schepers et Anne Bosman. Pour leurs créations, ils utilisent des morceaux de vêtements déjà existants qu’ils assemblent pour un résultat surprenant et novateur. Ici, ils se sont inspirés des combinaisons de course et des tenues féminines des publicités Mercedes Vintage. Développant leur patchwork graphique, ils jouent avec les lignes nettes et les couleurs vives pour créer une vision personnelle de la vitesse et du mouvement.

 

Retour sur les finalistes

Derrière Neith Nyer se cache le jeune créateur Francisco Terra. Ce Brésilien basé à Paris a créé sa marque en 2013 après de nombreux voyages en Asie et en Europe et des débuts chez Givenchy et Carven. Pour sa silhouette, il s’est inspiré des mangas, qui font la part belle aux voitures de sport. Il a composé un univers où se brouille la frontière entre vêtement et carrosserie dans des tons violets, noirs et or.

Canadienne basée à Londres, Edeline Lee est diplômée de la Central Saint Martins. Apprentie chez Alexander McQueen, elle a ensuite travaillé chez Zac Posen ou Rodnik. Sa volonté ? Créer pour la femme du futur. Mercedes-Benz et la sportivité lui ont inspiré une combinaison qui renvoie à l’univers des courses automobiles, recouverte d’une multitude d’écussons de différentes matières et couleurs.

Âgé de 14 ans, Ludovic Winterstan a la révélation devant la beauté des formes de Guernica, le chef d’œuvre de Picasso. En 2015 et 2016, il sort ses trois collections « Noir », « Rupture » et « Sanctuaire », qui imposent son style féminin, sombre et poétique. Pour lui, la femme sportive porte une doudoune en nylon ouatiné avec manches oversized et une jupe en agneau plongé entièrement décorée de harnais, ceintures et baudriers sur des leggings imprimés de traces de pneus.

Jeune créatrice portugaise, Catarina Ferreira a remporté le Concours Européen des Jeunes Créateurs 2013. Depuis, elle a créé deux collections pour la marque Marques’Almeida et a travaillé pour le Studio Xiao Li. Pour le concours, elle a imaginé le vestiaire des « speed lovers », les amoureux de la vitesse. Sa tenue retenue comprend un pull oversized bleu rehaussé de plumes orange. Une proposition qui combine look pointu et attitude cool.

Les créations de Quoï Alexander ont déjà fait sensation dans de nombreux magazines de mode. Elles sont même à l’affiche du dernier film de Luc Besson ! Impressionné par le concept de Mercedes-AMG « un homme, un moteur », le couturier est lui aussi un artisan qui marie entre eux différents matériaux par un travail de tissage et de laçage réalisé à la main. Pour ce projet, il a intégré des câbles d’acier dans un treillis revêtu de caoutchouc.

Lauréate du Grand Prix de la Création de la Ville de Paris 2015, la marque Mazarine, née de la rencontre entre Hélène Timsit et Quentin Poisson, explore époques inconnues et lieux imaginaires. Pour le concours, le duo a sélectionné des matières techniques et des lignes sinueuses qui illustrent la puissance et la vitesse de la marque étoilée. Cette vision s’exprime dans une tunique en résille 3D à motifs étoilés sur un pantalon de jogging en organza lamé.

Finaliste du Festival de Hyères en 2016, Clara Daguin possède sa marque depuis l’an dernier. Suite à un atelier avec le MIT, elle a pris l’habitude d’intégrer des éléments technologiques aux tissus. Sa silhouette représente un manteau ample sur une base transparente. Des plissés viennent donner l’impression de traces de gomme sur l’asphalte. Interagissant avec celle qui le porte, il s’illumine avec une intensité variable selon la quantité d’ondes Wi-Fi détectée par les capteurs intégrés.

Après des études à l’École nationale des arts visuels de La Cambre à Bruxelles, Wilfried Lantoine a fait ses classes chez Balenciaga, Matthew Williamson, Nina Ricci et Alexander McQueen. Pour lui, les vêtements et les voitures ont en commun une fonction de protection et de confort. Ce qu’il met en avant dans son look, comprenant une robe en mousseline de soie transparente et une veste matelassée et froncée.