She's

Une fille épanouie

La relation mère-fille de Marie et Françoise Bochet

TEXTE PAR IRIS MYDLACH // PHOTOS PAR RENÉ FIETZEK

Les parents sont le premier exemple. Dès le début de la vie, ce sont eux qui transmettent l’amour, les valeurs et la confiance en soi. Comment élever une fille pour qu’elle devienne une femme rayonnante ? Confidences de la championne Marie Bochet et de sa maman Françoise.

Huit médailles d’or aux Jeux Paralympiques : la skieuse Marie Bochet bat tous les records ! Cette jeune femme de 26 ans, née avec une malformation au bras gauche, a fait ses débuts dans les Alpes françaises, avec le soutien de sa mère Françoise Bochet.

 

FRANÇOISE BOCHET : Je me suis toujours posé cette question : « Qu’est-ce que j’ai en moi que je peux donner ? » Parce que je pense que l’on peut uniquement transmettre à ses enfants ce que l’on a en soi. Dans mon cas, il s’agissait d’un amour incroyable, de la foi en l’être humain et en la nature. Je gère un refuge dans les Alpes ; nous passions tous nos étés à la montagne.

MARIE BOCHET : Ces vacances dans les alpages m’ont rendue forte. Dans la nature, on fait à la fois l’expérience de la solitude et du groupe ; c’est quelque chose qui m’accompagne aujourd’hui encore dans mes hauts et mes bas. J’ai grandi entourée de beaucoup d’affection. Et pas seulement de la part de mes parents. Aussi de toutes les autres personnes qui s’occupaient de nous au refuge. Toute la famille. Les tantes, les oncles, les cousins !

FRANÇOISE BOCHET : Marie était pleine d’énergie. Je la vois encore, à 3 ans, debout sur ses skis avec un immense sourire au milieu du visage. Et puis les compétitions ont commencé. L’entraîneur de Marie la poussait sur la piste, parce qu’il savait qu’elle était désavantagée : elle était l’unique participante avec un seul bras. Marie lui disait : « Jean-Michel, arrête ! Je veux atteindre l’arrivée grâce à mes propres forces. »

MARIE BOCHET : On me demande encore aujourd’hui s’il m’a fallu du courage pour lui dire cela. En fait, j’avais une telle confiance que cela me semblait facile.