She's

She’s One of Us : Katrin Adt

« Les émotions sont de plus en plus prises en compte »

INTERVIEW : ANNA-LENA KOOPMANN

Selon Katrin Adt, l’empathie fait partie intégrante du leadership moderne. Sous sa direction, l’initiative « Leadership 2020 » a vu le jour à l’échelle du Groupe.

Vous portez un grand intérêt à la gestion du personnel. En quoi ce domaine vous fascine-t-il ?

J’aime organiser et développer des idées. Pas celles qui ont trait aux processus, aux systèmes ou aux stratégies, mais celles qui concernent les gens. Je me demande par exemple comment détecter les compétences dont nous avons besoin pour certaines stratégies ? Comment les reconnaître chez les gens pour composer des équipes efficaces ? Je suis convaincue que l’utilisation optimale des potentiels est décisive pour le succès des entreprises.

Qui est Katrin Adt ?

Katrin Adt est vice-présidente de Mercedes-Benz Own Retail Europe (véhicules de tourisme et vans). Auparavant, elle dirigeait la division smart de Daimler AG et était responsable du développement des ressources humaines au sein de l’entreprise.

Qu’est-ce qui caractérisera les leaders de demain ?

Nous sommes en pleine transformation. Nous avons donc besoin de dirigeants capables d’inspirer les autres tout en les rassurant. Ils doivent poser un cadre dans lequel leurs collègues peuvent réussir. Par exemple, en créant un sentiment de communauté. Les émotions sont de plus en plus prises en compte, ainsi que l’importance de travailler sur un pied d’égalité. Une équipe ne peut fonctionner correctement que si chacun peut apporter son savoir-faire.

 

L'empathie est souvent perçue comme étant une qualité féminine...

Il est vrai que les femmes savent en général mieux écouter les autres, impliquer les collègues et ne pas trop se mettre en avant.

À la direction des ressources humaines, vous étiez responsable de « Leadership 2020 », le programme transformationnel du groupe Daimler. Quel en est l’objectif ?

C’est un processus touchant tout le Groupe qui vise à définir le leadership de demain. À quoi ressemble une bonne collaboration ? À l’avenir, quels seront les principes à suivre en matière de leadership ? Afin de trouver les meilleures réponses, nous avons fait participer de très nombreux collaborateurs et exploité en groupes de projet leurs différents points de vue sur ces thèmes. Pour la composition de ces groupes, nous avons veillé à la diversité : entre hommes et femmes, entre tranches d’âge, nationalités et niveaux hiérarchiques.

 

On dirait un projet essentiel... En quoi consiste-t-il, dans la pratique ?

Depuis quatre ans déjà, les collaborateurs développent des solutions à des questions concrètes. Nous cherchions à mettre au point des mesures qui changeraient sensiblement notre organisation. À cet effet, des collègues se sont réunis et se sont réparti les tâches. Nous n’avions pas défini à l’avance qui assumerait quel rôle. Le résultat : des hiérarchies fluides et une dynamique particulière, incroyablement passionnante à observer.

 

Vous êtes vous-même dirigeante. Qu’est-ce qui vous tient particulièrement à cœur ?

Avant tout, le développement d’une vision globale avec toute mon équipe. Nous évoluons au sein d’une culture ouverte fondée sur la confiance et le feed-back, une culture qui permet aux employés d’évoluer et d’apprendre rapidement, qui pardonne les erreurs et qui récompense la détermination.